Le vertige est une sensation de mouvement de l’environnement. Il se manifeste par crises isolées ou répétées, parfois accompagnées d’autres symptômes. Il est dû le plus souvent à un dysfonctionnement de la fonction de l’équilibre assurée par l’oreille interne. 

Les vertiges donnent l’illusion que l’environnement (murs, sols, plafonds, objets) se met à bouger. Le mouvement ressenti est le plus souvent circulaire (comme si vous étiez sur un manège), mais peut aussi s’apparenter à un balancement ou à une sensation de chute dans un trou. Ces manifestations sont liées à un trouble de l’équilibre.

Les vertiges peuvent être accompagnés de divers symptômes : nausées ou vomissements, sueurs, perte d’audition, acouphènes, maux de tête.

Ils peuvent être déclenchés par certains mouvements : se lever, se coucher, tourner la tête rapidement, etc..

Quant aux sensations vertigineuses, elles sont proches du vertige et peuvent également être liées à un trouble de l’équilibre. Elles ne causent pas d’impression de mouvement de l’environnement, mais plutôt une sensation de déséquilibre, d’instabilité, de chute imminente. Elles apparaissent lorsque l’on se tient debout ou pendant la marche. Elles disparaissent dès que l’on prend appui quelque part, ainsi qu’en position assise ou couchée.

Vertige Paroxystique Bénin

 

Les vertiges positionnels paroxystiques bénins sont des épisodes de vertiges de courte durée (< 60 s) et sont observés avec certaines positions de la tête. Des nausées et un nystagmus sont observés. Le diagnostic est clinique. Le traitement implique des manœuvres de repositionnement canalaire. Les médicaments et la chirurgie sont rarement, voire jamais, indiqués.

Les vertiges positionnels paroxystiques bénins sont la cause la plus fréquente de vertiges périphériques récidivants. Ils sont de plus en plus fréquents à mesure du vieillissement et peuvent gravement affecter l’équilibre chez les personnes âgées, avec un risque de blessures par chutes

Ils sont dus au déplacement des otoconies (Cristaux de carbonate de Ca normalement enchâssés dans le saccule et dans l’utricule). Les cristaux déplacés stimulent les cellules ciliées au niveau du canal semi-circulaire postérieur, ce qui crée l’illusion d’un mouvement.

Le vertige est déclenché quand la tête du patient bouge (p. ex., lorsqu’il se tourne dans son lit ou qu’il se penche pour ramasser quelque chose). Ces vertiges durent de quelques secondes à quelques minutes; les épisodes sont généralement maximums le matin et se réduisent pendant la journée. Des nausées et des vomissements peuvent survenir, mais jamais une surdité ni des acouphènes.

Neuronite Vestibulaire

 

La neuronite vestibulaire se caractérise par l’apparition soudaine de vertiges intenses. La personne qui en souffre a la sensation qu’elle tourne sur elle-même ou que l’environnement extérieur tourne autour d’elle. Les vertiges s’accompagnent de nausées et parfois de vomissements.

Les symptômes ont une intensité telle que le repos au lit est souvent nécessaire durant 2 ou 3 jours, parfois jusqu’à 1 semaine.

Ensuite, la récupération se fait de façon lente et progressive. Les symptômes disparaissent en l’espace de 6 semaines, en moyenne. Au cours des mois qui suivent, il se peut que certains mouvements occasionnent des pertes d’équilibre.

Même si les symptômes peuvent sembler fort inquiétants, la neuronite vestibulaire n’est pas une maladie grave en soi. La grande majorité des gens n’auront qu’une seule crise au cours de leur vie.

Syndrome de Wallenberg

 

Il s’agit d’un accident vasculaire cérébral de la région bulboprotubérantielle par infarctus de la région latérale rétro-olivaire du bulbe, irriguée par l’artère de la fossette latérale issue soit de l’artère cérébelleuse postéro-inférieure, soit de l’artère vertébrale.

Le syndrome de Wallenberg est un syndrome sensitif alterne riche et complexe, comportant:

  • du côté opposé à la lésion, hémianesthésie thermique et douloureuse de l’hémicorps, majorée au niveau des membres, respectant la face, par atteinte du faisceau spinothalamique;
  • du côté de la lésion, anesthésie thermique et douloureuse de la face par atteinte de la racine descendante du trijumeau, avec syndrome de Claude Bernard-Horner, paralysie de l’hémi-voile, de l’hémi-pharynx et de la corde vocale, syndrome vestibulaire (nystagmus rotatoire, déviation des index) et hémi-syndrome cérébelleux.

Son installation est le plus souvent brutale, avec grands vertiges, céphalées postérieures, troubles de la déglutition et parfois hoquet.

Maladie de Menière

 

La maladie de Ménière (ou syndrome de Ménière) se caractérise par des crises récurrentes de vertigequi s’accompagnent de sifflements et de bourdonnements d’oreilles (acouphènes) et d’une baisse d’audition. Le plus souvent, une seule oreille est atteinte.

Il s’agit d’une maladie chronique. La fréquence des crises est très variable et imprévisible. La plupart des personnes atteintes ont quelques crises par an, mais certaines en ont plusieurs par semaine. Entre les crises, les périodes de rémission peuvent durer plusieurs mois, voire plusieurs années. Il n’existe pas de traitement permettant de guérir la maladie de Ménière, mais les symptômes peuvent être soulagés efficacement dans la plupart des cas.

Instabilité ou Ataxie

 

L’instabilité est exprimée comme une impression de flou, d’ébriété souvent mal définissable. La caractéristique majeure est de n’apparaître que lors du maintien de la station debout et pendant la marche. Elle disparaît dès que le sujet peut avoir un appui, s’assied ou se couche. Lors de lésions vestibulaires chroniques, elle est associée aux vertiges de changement de position. Dans les cas d’atteinte sévère et bilatérale de l’appareil vestibulaire périphérique, l’instabilité de la marche est accompagnée de la sensation pénible d’un défaut de stabilisation de l’environnement visuel qualifié d’oscillopsie. L’aggravation de l’instabilité dans le noir correspond aux lésions vestibulaires chroniques, mais aussi aux lésions des voies sensitives proprioceptives.

L’instabilité traduit l’existence d’une ataxie que confirme l’examen clinique. Le domaine des ataxies déborde la pathologie vestibulaire périphérique ou centrale, et impose un examen neurologique soigneux. Il concerne aussi les affections cérébelleuses, les affections responsables d’une atteinte des voies proprioceptives et toutes les affections qui lèsent les voies frontocérébelleuses.